Débuter avec yED

Bienvenue sur ce nouveau tutoriel, qui traitera de yED. Pour commencer, une présentation s’impose :

yED est un logiciel d’édition et de conception de diagrammes gratuit. Mais bon, vous vous doutez bien que celui-ci a quelques tour de plus dans sa manche, sans quoi je ne vous le présenterai pas. Pour ne citer que quelques une de ces nombreuses fonctions, yED permet de :

  • Importer vos données depuis un document excel ou .xml (évite de tout avoir à retranscrire);
  • D’arranger automatiquement votre chef d’œuvre  en plaçant correctement les éléments de manière à le rendre plus potable;
  • D’exporter dans de nombreux formats (PNG, JPG, SVG, PDF). Cela donne une bonne compatibilité et de nombreuses possibilités pour éditer votre document en aval.

Bref, tout ça a l’air très intéressant, mais rien ne vaut mieux que mettre les mains à la patte.

1 – Installation

1.1 – Pré-requis : il est nécessaire de disposer de Java (openjdk sous Linux). Si vous n’avez pas celui-ci, téléchargez-le sur http://java.com/.

1.2 – Téléchargement : Pour démarrer, rendez vous sur http://www.yworks.com/en/products_yed_download.html (Eh oui, yED est en anglais mais, croyez-moi, c’est potable). Cela vous donnera quelque chose comme cela :

telechargement-yed

Vous avez alors 3 possibilités :

  • télécharger la version dédiée à votre système d’exploitation ( yED for Linux, dans mon cas);
  • Télécharger l’exécutable .jar (multiplateforme, il faudra lancer le fichier et le programme s’ouvrira);
  • Lancer le programme sans l’installer (cela nécessite de se rendre sur le site chaque fois que l’on souhaite utiliser yED).

Je vous conseille de choisir l’une des deux premières. Acceptez le contrat de licence, le téléchargement se lance.

1.3 – Installation : Dans le cas où vous avez choisi la première option, il suffit sous Windows et mac de double-cliquer sur le fichier et de suivre les étapes d’installation.

Sous Linux, une petite nuance s’impose : ouvrez le dossier où vous avez enregistré le fichier dans le terminal (cd nom-du-dossier), puis tapez chmod +x nom-du-fichier en remplaçant nom-du fichier pas le nom que vous lui avez donné. Il suffit ensuite de taper ./nom-du-fichier . L’installateur se lancera alors.

Dans le second cas, extrayez les fichiers et lancez yED.jar . Répétez la même manoeuvre que précédemment avec chmod . yED se lancera alors. Alors, c’était si difficile que ça ?

2 – Utilisation

Un écran de démarrage  s’affichera :

démarrage de yED

Puis il laissera place à la fenêtre principale et vous tomberez alors sur quelque chose comme ça :

interface de yED

La première fenêtre vous donne le choix : ouvrir un document, en créer un nouveau, utiliser un fichier d’exemple ou ouvrir un document récent. Si vous voulez, vous pouvez utiliser le fichier que j’héberge sur https://skydrive.live.com.

Dans la barre d’outils supérieure, on reconnait aisément les boutons pour enregistrer et imprimer, pour couper, copier et coller. Ces boutons sont ensuite suivis par d’autres boutons (et oui, le monde informatique est infesté de boutons) permettant de zoomer, de dé-zoomer, d’afficher tout le graphique, de naviguer dans celui-ci, d’afficher la grille, etc. Ces bouton-là sont rarement utiles (il est beaucoup plus pratique de zoomer avec la molette de la souris).

Ensuite, il y a la barre des onglets (du moins c’est comme ça que je l’appelle) :
Barre des onglets de yED

En clair, vous n’aurez pas besoin d’avoir 36 fenêtre ouvertes pour travailler sur plusieurs documents simultanément : elles seront regroupées dans la barre des onglets. pratique, non ?

Pour finir cette description de l’interface, regardez les widgets situés à gauche de le fenêtre : « Overview » donne un aperçu de l’ensemble et « Structure view » liste tous les éléments contenus dans votre création et vous permet d’y accéder plus rapidement/facilement.

À droite, « properties view » permet de visionner mais aussi d’éditer les éléments (modifier le texte, les dimensions, les couleurs, les polices, les distances, les flèches, etc) :

widget des propriétés de yED

Quand à la palette, elle sert à insérer des éléments tout préparé dans votre document, elle permet donc un gain de temps énorme et inclut beaucoup de graphiques, tous vectoriels qui plus est :

palette d'objets de yED

Eh bien voilà, c’est la fin de ce mini-tutoriel, il ne vous reste plus qu’à déchainer votre potentiel créatif ! Bonne chance …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s